< 1/ Une grande diversité de situations pendant le confinement | Lutte Virale

Poser une question

Nous ne pourrons pas répondre individuellement à chaque personne. Nous publierons ici les questions-réponses récurrentes ou nouvelles. Pensez à consulter les fiches pratiques et les questions/réponses existantes. En cas de problème grave, vous pouvez lancer une alerte ou appeler sur un des numéros verts régionaux.

Êtes-vous représentant·e du personnel ou syndicaliste ?

Attention ! Cette fonction n'est pas destinée à dispenser des conseils médicaux ou sanitaires. Pour cela, consultez le site https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus ou appelez le 0 800 130 000. En ce qui concerne les situations et infractions rapportées ici, nous ferons de notre mieux pour vous aider à y faire face, ensemble, dans la limite de nos moyens. Aucune donnée ou information ne sera utilisée sans votre consentement explicite.

L’impact du confinement se traduit de façon très variée en fonction de la situation de chacune et chacun. Le point commun : un isolement inédit. C’est une des raisons pour lesquelles l’Ugict-CGT a décidé de faire cette enquête, pour permettra à chacune et chacun d’inscrire sa situation dans un récit et cadre collectif, première étape pour l’action collective.

Les trois principales situations professionnelles ont été étudiées :

  • Le présentiel
  • Le télétravail
  • L’inactivité et l’activité réduite (chômage partiel, chômage ordinaire, arrêt maladie, …)

L’analyse est affinée par plusieurs caractéristiques socio-économiques habituelles de la statistique publique. Les indicateurs ont ainsi été déclinés selon le genre, la catégorie socio-professionnelle, le statut d’emploi, le type de contrat, l’employeur… D’autres éléments (tels que le fait d’être encadrant·e ou syndicaliste) complètent les résultats et apportent des précisions sur la réalité vécue dans les établissements.

Situation des répondant·es

Graphique1a : situation principale actuelle selon la PCS des répondant·es

Champ : population active


Graphique 1b
 : situation principale actuelle selon le statut d’emploi des répondant·es

Champ : population active

 

Graphique 1c : situation principale actuelle selon le genre des répondant·es

Champ : population active

 

Graphique 1d : situation principale actuelle selon le type d’emploi des répondant·es

Champ : population active

 

Graphique 1e : situation principale actuelle des salarié.es du secteur privé selon le type d’entreprise

Champ : salarié.s du secteur privé

 

Présentiel  : 6 salarié·es sur 10 qui continuent d’exercer leur activité sur site sont ouvrier·es ou employé·es. Cette catégorie sociale est largement surreprésentée, à l’inverse des cadres et dans une moindre mesure des professions intermédiaires qui sont relativement moins présent·es. Le travail en présentiel a davantage concerné les agent·es de la fonction publique pour assurer la continuité des activités de service public, qui représentent 3 salarié·es sur 10 en présentiel.

Télétravail  : 4 télétravailleur.ses sur 10 sont des cadres. C’est ainsi la catégorie sociale la plus représentée en télétravail. Contrairement aux activités exercées en présentiel, la part d’ouvrier·es ou employé·es est en retrait. Enfin, un quart des télétravailleur·ses sont des agent.es publics.

Chômage partiel et autres situations d’inactivité : les catégories sociales sont représentées de manière similaire en chômage partiel ou dans les autres situations d’inactivité (congés maladie, congés garde d’enfants, chômage ordinaire…). Une majorité sont des ouvrier·es ou des employé·es, tandis que les professions intermédiaires représentent un quart de ces populations. C’est également une population caractérisée par une forte proportion de personnes en contrat précaire avant le confinement (CDD, vacataire, intérim…). De par la réglementation l’immense majorité du chômage partiel concerne des salarié·es du secteur privé.

Si les femmes ne sont pas surreprésentées en présentiel, il est important de noter qu’elles sont bien plus nombreuses à déclarer exercer des activités essentielles. Les femmes sont 7 sur 10 à déclarer que leur activité habituelle est essentielle pour le pays contre 6 hommes sur 10. Ces résultats sont à mettre en parallèle avec la surreprésentation des femmes dans les secteurs de la santé, des commerces et des services à la personne.

Graphique 2 : Réponses selon le genre à la question “Quelle est la part de votre activité habituelle que vous estimez essentielle pour le pays en période de crise sanitaire ?”

Champ : salarié·es en présentiel

 

Pour connaitre les suites, il suffit de laisser votre mail :

 

 

<<< Prémbule

Partie 2 : >>>

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *